“EUCHARISTIE”, C’EST À DIRE “ALLIANCE DE L’AMOUR!” (XVIII dimanche en temps ordinaire)

Ce dimanche – 2 août 2020 – nous offre l’opportunité de contempler le mystère de la messe. Beaucoup de gens pensent qu’assister à la messe le dimanche et aux fêtes est une obligation … et une obligation sérieuse ! C’est ce que nous avons appris dans la catéchèse. Cette vision est cependant très superficielle. La célébration eucharistique n’est pas une sorte de formation aux Écritures sacrées, ni une occasion de recevoir la sainte communion. Ce n’est pas le moment où un prêtre saisit l’occasion pour nous dire ce que nous faisons bien, ce que nous faisons mal ou ce que nous devons faire. La messe est autre chose. Dire Eucharistie, c’est dire Alliance d’Amour !

Alliances – Connexions cordiales

Le mot « alliance » est très ancien. Alliance, en hébreu, c’est “berit”, qui apparaît plusieurs fois dans la Bible. Les prophètes comprennent l’alliance dans la clé de l’amour.

  • Aussi à notre époque, nous appelons « alliance » l’anneau qui est donné par ceux qui se marient. Nous parlons de « l’alliance des civilisations », des alliances sociales, de l’inclusion, de l’interconnexion écologique et d’alliance avec la terre mère pour établir un nouveau modèle de politique mondiale et de coexistence. Mais on parle aussi d‘alliances maléfiques.
  • Dans une alliance, 
    • S’établit un lien, des relations entre des entités différents ;
    • Des engagements de solidarité, d’entraide et de défense sont établis ;
    • une sécurité est créée.
  • Quand nous disons qu’un autre monde est possible, nous aspirons à une Alliance mondiale de laquelle personne n’est exclu. Dans l’alliance, nous ne perdons pas notre identité. Dans l’alliance, nous sommes toujours différents, mais amis.

Pas un Dieu solitaire mais un Dieu de l’alliance!

Première lecture du livre du prophète Isaïe (Is 55, 1-3)

Ainsi parle le Seigneur : Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau !
Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer,
venez acheter du vin et du lait sans argent, sans rien payer.
    Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses, vous vous régalerez de viandes savoureuses !  Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle : ce sont les bienfaits garantis à David.

La foi en un Dieu unique nous a conduit à penser Dieu comme un être « solitaire », autosuffisant, comme un véritable ermite éternel, comme un Dieu sans alliance. Le monothéisme nous a conduits à cette vision.

Au contraire, notre foi en la Sainte Trinité nous a amenés à comprendre que notre Dieu est l’Alliance de trois personnes dans la communion la plus parfaite. Ce sont trois personnes en perpétuelle danse d’amour et de réciprocité.

Le troisième Isaïe ne connaissait pas le mystère de la Trinité. Mais il connaissait le désir de Dieu d’établir une alliance d’amour, non seulement interne, mais aussi externe : une alliance éternelle d’amour avec son peuple! Dieu a promis de nourrir et de donner vie à son peuple, à une condition : «écoute ma voix, incline l’oreille». En hébreu, la réponse à l’Alliance est « hesed », la fidélité. Que c’est beau donc d’être appelé un « chrétien fidèle » !

Le Jésus de l’Alliance : mangez sans payer !

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (14, 13-21)

En ce temps-là, quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque
pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.  En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »
    Mais Jésus leur dit :« Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. 
    Alors ils lui disent :« Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. »
    Jésus dit : « Apportez-les moi. » Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.     – Acclamons la Parole de Dieu.

Jésus a voulu anticiper la célébration de la nouvelle et éternelle Alliance dans l’événement étonnant de la multiplication des pains et des poissons. 

  • Jésus était en deuil, suite au meurtre et à la mort de Jean-Baptiste. 
  • Désirant la tranquillité, il se rendit dans une zone déserte. 
    • Mais des milliers de personnes l’attendaient.
    • Il a ressenti un amour profond pour eux,
    • guéri les malades, et multiplié pour eux les pains et les poissons.
    • Jésus a accompli la promesse du Dieu de l’Alliance, selon Isaïe: il a nourri le peuple qui a écouté sa voix.

Dans chaque Eucharistie, nous

  • sommes ceux qui écoutent la voix du Seigneur et qui sont nourris du pain eucharistique.
  • Jésus répète les gestes de la dernière Cène et établit son alliance avec nous, pour toujours.
  • Jésus est l’Époux qui promet fidélité et amour pour toujours à son Épouse qui est l’Église.
  • Chaque communion renouvelle l’Alliance avec Lui, c’est un moment de fidélité mutuelle.

Un amour qui dépasse toute imagination

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (8,35.37-39)

Frères, qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ?
la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ?
    Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
    J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.     – Parole du Seigneur.

La deuxième lecture ne nous demande pas d’aimer Jésus, mais d’être émerveillés par l’amour que Jésus a pour nous.

  • S’approcher à la célébration de l’Alliance, chaque dimanche, chaque jour, c’est comme s’approcher du Feu, de l’Amour : “rien ne nous séparera de l’amour que Jésus a pour nous, pour nous tous, pour chacun de nous. 
  • Recevoir le Corps Eucharistique, c’est renforcer les liens entre Jésus et nous. Celui qui est en alliance avec Jésus, que peut-il craindre ? Car Jésus ne rompra jamais les liens, l’Alliance. Il nous aimera toujours, toujours, même si nous lui sommes infidèles. Rien ni personne ne nous séparera de son amour. 
  • Il y a des gens qui montrent leurs amitiés avec les puissants, avec les gens célèbres, riches et attirants, avec lesquels ils ont de grandes possessions et de l’argent. Nous sommes en Alliance avec Jésus, avec notre Dieu, car Il s’est allié avec nous d’abord !

Renouvelons l’Alliance dans cette Eucharistie

  • L’Alliance ne doit pas être célébrée par obligation, mais par amour.
  • L’Eucharistie n’est pas célébrée pour écouter un prêtre, mais pour écouter la voix de Dieu. Et Dieu ne veut pas que les prêtres la réduisent au silence avec ses paroles et ses idées.
  • Nous assistons à la messe non pas pour commettre un péché grave, mais pour refaire notre alliance d’Amour – toujours plus intime – avec Jésus, avec Dieu le Père.
  • Le Saint-Esprit veille à ce que notre feu d’amour ne s’éteigne pas, afin que « rien ne puisse nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ, notre Seigneur ».

Pour contempler
JE CONCLUIRAI UNE ALLIANCE AVEC TOI
(EMMANUEL)

Esta entrada fue publicada en Textes en français, tiempo litúrgico. Guarda el enlace permanente.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.