MARIE… LA REINE DE LA DERNIÈRE PLACE

Lorsque l’humanité était gouvernée par des empereurs et des empératrices, par des rois et des reines, nous, les chrétiens, avons proclamé que Jésus est le Roi et l’Empereur de l’Univers, et que Marie – sa mère – était la Reine et l’Impératrice de toute la création. Aujourd’hui nous avons une autre sensibilité politique, que nous appelons républicaine, démocratique. Nous nous demandons donc : à quoi bon consacrer cette journée du 22 août pour célébrer Marie, en tant que Reine et Dame de toute la création ? Les deux lectures que nous venons de proclamer nous offrent la clé de la réponse :

  1. Le prophète Ezéchiel (Ez 43, 1-7a) a été autorisé à voir comment la gloire du Seigneur – la Shekinah – est venue de l’Orient, comment il est entré dans le Temple et comment la gloire du Seigneur a rempli le temple.  Le temple est devenu la demeure de Dieu.
  2. L’évangéliste Luc – dans le récit de l’Annonciation – nous dit que l’ange Gabriel a salué Marie par ces paroles : “Réjouis-toi, ô pleine de grâce, le Seigneur est avec toi”. La gloire de Dieu, l’ombre de Dieu, a couvert Marie et a habité en elle. Elle est le nouveau temple de la Présence de Dieu. Là où se trouve Marie, Dieu est présent.
  3.  Aujourd’hui, dans l’Évangile, Saint Matthieu nous dit (Mt 23, 9b.10b), que les scribes et les pharisiens n’ont pas mis en pratique la parole de Dieu qu’ils ont proclamée. Marie, oui : lorsqu’une femme de la ville loue la mère de Jésus en disant : “Heureux le sein qui t’a porté et les seins qui t’ont allaité”, Jésus, néanmoins, « bénis ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique » ; et parmi eux se trouvait Marie qui répondit à l’ange : “Qu’il me soit fait selon ta parole”, FIAT !

Jésus dénonce ceux qui, comme les scribes et les pharisiens, cherchent des postes d’honneur et des titres. La mère de Jésus se donne le titre de “servante du Seigneur”, “humble servante”.

En Jésus et Marie, ces paroles s’accomplissent : “le premier sera le dernier et le dernier sera le premier”. Jésus est roi et Marie est reine parce qu’ils ont cherché les dernières places et que Dieu le Père les a appelés et les a placés à la première place.

On raconte qu’un jeune moine était toujours très triste. Il a demandé à l’abbé ce qu’il devait faire pour vivre dans la joie. Et l’abbé lui répond : “Si vous voulez être heureux, “vous devez prendre la dernière place”. Au bout d’un certain temps, l’abbé lui a demandé : vous sentez-vous plus heureux ? Et le jeune moine répondit : « J’ai essayé, mais quand je suis venu prendre la dernière place, j’ai découvert que Jésus était là et je n’ai pas osé le déplacer. ».

Mes sœurs, mes frères, ne cherchons pas les premières places… car c’est là que nous rencontrerons les scribes et les pharisiens de notre temps…, mais bien les derniers places, car c’est là que nous trouverons Jésus et Marie.

Pour contempler:
TU ES BÉNIE, Ô MARIE (Emmanuel music)

Esta entrada fue publicada en María en la comunión de los Santos, Textes en français, tiempo litúrgico. Guarda el enlace permanente.

1 respuesta a MARIE… LA REINE DE LA DERNIÈRE PLACE

  1. Angelina dijo:

    Merci aussi pour l’histoire du moine triste à la recherche de la joie…
    Plus besoin de paroles quand Jésus – la Parole – et Marie, sont là !
    Angelina

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.