” CE QUE DIEU A UNI ” : SAINT LOUIS -ROI DE FRANCE- ET MARGUERITE DE PROVENCE

Aujourd’hui, nous célébrons la mémoire de Saint Louis, roi de France, et nous ne pouvons manquer d’évoquer son mémoire dans cette Eucharistie. Louis le Neuvième a régné ici en France pendant un siècle appelé le « beau treizième siècle », le temps des cathédrales. Son règne a été associé à : la justice sous le chêne, l’érection de la Sainte Chapelle, la paix avec l’Angleterre au terme de la « première guerre de Cent Ans », une époque où le roi de France était un modèle et une référence dans l’Europe chrétienne. On parle du plus chrétien des Rois, de ses deux croisades, de ses onze enfants, de ses divers projets pour la France. 

Derrière un grand homme

On dit que derrière un grand homme, il y a toujours une grande femme. La femme qui était derrière ce grand roi de France, Marguerite de Provence (1221-1295), elle était sa femme et la mère de ses onze enfants, la femme qui l’a toujours accompagné. Marguerite de Provence était :

  1. Une femme, entière, belle, avec ses idées, ses rêves, ses pensées, ses envies. Un modèle de reine médiévale
  2. Elle était âgée de treize ans quand elle épousa, sur ordre de son père, le roi de France Louis le Neuvième, lui-même âgé de vingt ans. Les deux jeunes gens se plurent dès leur rencontre. Sur leurs alliances était gravée cette devise : « Hors de cet anneau pourrions-nous trouver l’amour ? ». Louis le Neuvième avait pour sa femme une tendresse touchante, qu’il ne craignait pas de manifester aux yeux de tous. Il ne pouvait se passer de sa présence lorsqu’il partait loin de France. 

Le vœu de partir délivrer Jérusalem 

Louis IX fait le vœu de partir délivrer Jérusalem et confie la régence à sa mère, Blanche de Castille. Il faut dire, au passage, que la mère de Louis IX a éduqué son fils – dès son plus jeune âge – dans la foi chrétienne, comme s’il était un petit moine : lecture et méditation de la parole de Dieu, prière, vertus chrétiennes : la pauvreté, l’option pour les pauvres et les affligés, la justice Et ainsi, il a vécu toute sa vie.

 Quand le roi a juré de partir pour les croisades, Marguerite en est blessée, mais Louis lui avoue qu’il ne peut vivre sans son épouse et voudrait qu’elle l’accompagne au-delà des mers. Lorsque le roi est fait prisonnier par les Mamelouks à Fariskur, c’est Marguerite qui impose le respect à tous et exerce le rôle de chef de l’armée. 

A leur retour, Louis et Marguerite adoptent alors une existence tout intime, et de plus en plus religieuse. Lorsque le Roi demande à son épouse de pouvoir se retirer dans la solitude monastique, celle-ci sait le retenir. Le roi renonce à son projet et reste sur le trône et auprès des siens.

La reine, bien digne de son époux distribue toute sa fortune en charités. Après la mort de son époux bien aimé à Tunis, Marguerite est anéantie.

Les saints de nos cités

Ce bref recit de la précieuse vie de Saint Louis IX de France et de Marguerite de Provence (ce que Dieu a uni que l’Église ne sépare pas !) nous parle des saintes racines de la France qui continuent à porter du fruit. Paris est la ville qui a été bénie de façon permanente par le Sacré-Cœur ; c’est la ville des grands saints, qui donnent même leur nom aux stations de métro, et aux belles églises et avenues Les vocations à la sainteté sont une bénédiction pour l’humanité, pour les villes, pour les quartiers….

Permettons à l’Esprit Saint de s’emparer de nous et d’accomplir en nous son œuvre pour le bien du royaume de Dieu.

Pour contempler
SAINT LOUIS, SUR LA TERRE COMME AU CIEL

Esta entrada fue publicada en General. Guarda el enlace permanente.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.