LA PAROLE DE DIEU, LA BEAUTÉ DE JÉSUS: La double table eucharistique (Sainte Claire)

Chaque jour, nous visitons la salle à manger plusieurs fois. Nous devons manger pour survivre. Chaque jour, nous visitons également la Chapelle, l’église pour participer à la double table de la Parole et  du Pain et du Vin eucharistiques.

La table de la Parole

La première lecture nous raconte comment le prophète Ézéchiel a été invité par Dieu avec ces paroles :

« Ouvre la bouche, et mange ce que je te donne. « Fils d’homme, ce qui est devant toi, mange-le, mange ce rouleau ! Puis, va ! Parle à la maison d’Israël ».

Ez 2, 8 – 3, 4

Je le mangeai, et dans ma bouche il fut doux comme du miel.

La liturgie de la Parole nous invite non seulement à écouter, mais à faire de la parole de Dieu notre nourriture : nous avons besoin de la méditer, de l’assimiler, de la faire nôtre. Ce n’est qu’alors qu’elle aura un goût sucré comme du miel pour nous.

La table du Pain et du Vin 

Sainte Claire a envisagé la participation à l’Eucharistie dans une perspective surprenante : la rencontre d’amour avec Jésus, le plus beau des Fils des hommes. Elle a ressenti l’Eucharistie du point de vue de la Beauté.

Dans une lettre à Agnès de Prague, Claire l’invite à contempler l’Eucharistie comme un miroir de la Beauté de Jésus. A travers ce miroir nous nous unissons à Celui :

  • dont toutes les bienheureuses troupes du ciel admirent continuellement la beauté,
  • dont l’amour est blessure et la contemplation nourriture, 
  • dont la bonté nous rassasie, dont la douceur nous enivre, 
  • dont le souvenir est une douce lumière, dont le parfum fait revivre les morts, 
  • dont la vue dans la gloire rendra bienheureux tous les citoyens de la Jérusalem d’en haut.

Contempler la beauté de Jésus chaque jour nous embellit tout entière, à l’intérieur et à l’extérieur. Contemplant Jésus, nous nous revêtons de sa bienheureuse pauvreté, sa sainte humilité, son inexprimable charité (saint Clare).

Nos yeux se sont habitués à contempler et à goûter le pain eucharistique comme une chose. Nous devons nous déshabituer… redevenir comme des enfants qui découvrent avec surprise le mystère de chaque Eucharistie et là y rencontrent et se lient avec la personne la plus fascinante de notre humanité : Jésus, le reflet humain de la Beauté infinie de Dieu.

Esta entrada fue publicada en Textes en français, tiempo litúrgico. Guarda el enlace permanente.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.