PARADIS APRÈS LA TOMBE POUR NOTRE PAUVRE CORPS?

MONIQUE VIVIAN: L’Assomption de la Vierge

Que célébrons-nous en ce jour du 15 août 2020 ? C’est la fête de l’Assomption de Marie, corps et âme, au ciel ! Nous nous souvenons de ce jour mystérieux où la mère de Jésus a déposé sa vie et a été emmenée au ciel, corps et âme, pour rejoindre son fils ressuscité, Jésus. Cela signifie-t-il que notre pauvre corps, vaincu dans sa dernière bataille et mort, attend aussi un paradis?


En poussière tu tourneras

Lorsque nos proches meurent, nous enveloppons leurs corps et les emmenons ensuite au cimetière, où ils se décomposent lentement. « Tu es poussière et tu deviendras poussière », nous dit-on en déposant les cendres sur nous le premier mercredi du carême. Notre expérience de la mort est douloureuse, très douloureuse ! Nous, chrétiens, croyons que l’esprit ou l’âme de notre défunt, maintenant libéré du corps, est accueilli dans le mystère de Dieu.

Beaucoup de nos contemporains estiment qu’ils ne peuvent pas croire en une vie au-delà de la mort, et ne la désirent même pas parce qu’ils ne peuvent comprendre ce que signifie une vie sans fin.

Les portes du Paradise s’ouvrent !

Pour l’Église et pour nous, croyants, le jour de Pâques et ce jour de l’Assomption sont cependant les jours de la victoire sur la mort, et pas seulement de l’âme, mais aussi du corps. Aujourd’hui, nous célébrons l’ouverture de la Porte du Paradis pour les êtres humains après la mort. Les premiers à avoir franchi cette porte ont été Jésus et sa mère Marie. C’est pourquoi Saint Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens, s’est exclamé :

 « Où est, mort, ta victoire ? ».

! Cor 15

La croyance en la résurrection est une “Foi”, mais “pas une vision”. Nous ne pouvons pas imaginer ce que notre Dieu nous réserve. 

S’il y a une résurrection, cela signifie que nos morts ne sont pas loin de nous. Le Concile Vatican II dit dans la Constitution sur l’Église que les morts – ressuscités – nous aiment, intercèdent pour nous, nous protègent. Et c’est l’expérience que beaucoup d’entre nous apprécient.

Sanctuaires mariaux, mausolées? ou sources de Vie?

D’une manière particulière, nous faisons l’expérience de la présence de Marie parmi nous : dans ses statues, dans ses sanctuaires, dans ses apparitions publiques et privées. Les sanctuaires mariaux ne sont pas des mausolées, ni des cimetières, mais – pour nous – ce sont des lieux où nous célébrons la vie et où nous allons mendier la vie et le dépassement de tous nos maux.

Un nouveau ciel et une nouvelle terre, une nouvelle Jérusalem nous attendent. Nos corps portent en eux la semence d’une vie divine. Unis à Marie et nous consacrant à elle, nous touchons le ciel et mettons tout notre être entre les mains de Dieu. “Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi.”

Marie était présente lorsque Jésus a promis au bon larron “aujourd’hui tu seras avec moi au Paradis”. Marie sera présente à l’heure de notre mort et elle nous emmènera au paradis. C’est ce que nous lui demandons : « Prie pour nous maintenant, et à l’heure de notre mort ». Et dans le Salve Regina, nous disons : «  Et après notre mort, montre-nous Jésus, le fruit béni de tes entrailles ».


Esta entrada fue publicada en María en la comunión de los Santos, Textes en français, tiempo litúrgico. Guarda el enlace permanente.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.